L'heure du bilan pour 2016 et des projets pour 2017 !

Tout d'abord, j'espère que les fêtes de Noël et la trêve hivernale furent l'occasion pour vous de passer d'agréables moments en famille et entre amis. L'année 2016 touchant à sa fin, l'occasion m'est venue de revenir, avec vous, sur les huit premiers mois de mon second mandat de députée wallonne et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. J'ai mis à profit cette période en interrogeant le Gouvernement PS-cdH à plus de cent reprises mais également en déposant ma première proposition.

De la sorte, je m'attèle à mobiliser toute mon énergie au service des francophones en Wallonie et à Bruxelles essentiellement dans les matières suivantes :

  • l'éducation et l'accueil de la petite enfance
  • la bonne gouvernance, l'exemplarité et le contrôle de la bonne gestion des deniers publics que ce soit au niveau des administrations communales, régionales et communautaires ou dans les organes para-publics ;
  • la simplification administrative pour éviter toute tracasserie administrative et pour un soutien renforcé de l'Etat envers les entrepreneurs, les directions d'école, etc. ; 
  • la mutualisation des ressources et des moyens pour plus d'efficacité dans l'occupation des bâtiments scolaires, pour valoriser nos produits agricoles, etc. ;
  • la prévention et la promotion de la santé.

Le détail de toutes mes interventions et propositions (Mon travail parlementaire) est à votre disposition sur mon tout nouveau site internet mais je tenais à vous faire part, ci-après, de quelques sujets particuliers dans ce bilan de fin d'année. 

Commençons par l'éducation et l'accueil de la petite enfance qui mobilisent la plus grande partie de mon travail parlementaire. En tant qu'Échevine en titre ayant ces compétences en charge depuis 2006 à Hamois, je suis particulièrement attentive aux problèmes rencontrés sur le terrain ainsi qu'aux demandes des acteurs de l'enseignement. Quatre thématiques m'ont particulièrement préoccupé : le numérique, le cours de philosophie et de citoyenneté, le décret titres et fonctions et enfin la pénurie d’enseignants. 

Concernant le numérique, j’ai sensibilisé la Ministre sur la nécessité de mettre en place une formation continue des enseignants afin que ces derniers utilisent mieux et davantage les outils mis à disposition des classes. J’ai également souligné la présence trop faible d’outils informatiques au sein des établissements scolaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles, pourtant ces derniers sont essentiels pour permettre, entres autres, des pédagogies différenciées selon les difficultés propres à chaque enfant. Enfin, afin de faciliter le travail des acteurs des écoles, il est primordial de mettre en place une plateforme internet unique permettant aux enseignants d'obtenir toutes les informations sur leur carrière mais aussi de systématiser la mise en commun des ressources.

Concernant le nouveau cours de philosophie et de citoyenneté, en vigueur depuis début octobre dans le primaire, j'ai interpellé la Ministre sur les incertitudes relatives à la formation des titulaires et à l'inspection. Les prochains mois doivent déboucher sur des premières évaluations avec d'éventuelles adaptations si nécessaire. 

Concernant le décret titres et fonctions, il s’est avéré que ce dernier plaçait un certain nombre d’enseignants dans une situation précaire, ces derniers devant multiplier le nombre d'implantations où ils donnent cours pour espérer obtenir un horaire complet. Aussi, les directions d'école se plaignent de tracasseries administratives sans précédent alors même que le Pacte d'excellence vise à les soulager... Par conséquent, ce sont aussi les élèves qui pâtissent de la situation étant donné que de nombreux profs absents ou malades n'ont pu être remplacés avec pour conséquence l'augmentation des heures en salle d'étude. Face à ces situations ubuesques, j’ai interpellé la Ministre Schyns sur le devenir de ces enseignants et sur la possibilité d’instaurer des dérogations. Enfin, je suis préoccupée par la pénurie d'enseignants, persistante pour certaines fonctions et dans certaines sous-régions, rurales notamment. Pour y pallier, je préconise de permettre aux enseignants de pouvoir cumuler retraite et emploi d'enseignant pour des fonctions en pénurie au-delà de 65 ans tel qu'il est prévu aujourd'hui. Aussi, je suggère que davantage de publicité sur le métier d'enseignant et les différentes opportunités offertes soit faite. 

Concernant l'accueil de la petite enfance, le quotidien "Vers l'Avenir" s'était fait l'écho, en début d'année scolaire, du déblocage dans le dossier du refus d'ouverture et d'agrandissement de crèches dans la région namuroise. Pas moins de 90 familles se trouvaient dans l’incertitude à cause de la rigidité administrative du Ministre Collin. L'incompréhension était totale puisque son cabinet avait assuré de la légalité des procédures initiées par les communes. J'ai donc interpellé le Ministre qui a, fort heureusement, finalement donné son aval permettant l'ouverture des crèches concernées.

Le 22 décembre dernier, j'ai eu le plaisir de voir mon premier texte déposé officiellement sur les bancs des parlementaires. A la rentrée, il sera pris en considération avant un renvoi en Commission de l'Education où je pourrai le présenter et en débattre avec les autres groupes politiques. Il s'agit d'une résolution invitant le Gouvernement à réformer les DASPA (dispositifs organisant la scolarisation des primo-arrivants). Dans le contexte de crise migratoire actuelle et pour soutenir les écoles parfois en sous-effectifs face à ces arrivées fluctuantes, je propose à la Ministre d'agir sur quatre points que vous pouvez lire en intégralité dans le texte complet. 

Lorsque je siégeais au Parlement fédéral de 2011 à 2014, j’étais en charge des matières relatives à la santé publique. C’est la raison pour laquelle j’interpelle régulièrement le Ministre Prévot sur cette thématique. En septembre dernier, je lui ai soumis l’idée d’établir un nouveau modèle de soins bucco-dentaires basé sur la prévention. Pour rappel, les soins bucco-dentaires coûtent cher à la société, ces derniers occupant le quatrième rang des maladies les plus onéreuses. Pour pallier au problème, j’ai proposé au Ministre la recommandation de la Fédération Dentaire Internationale préconisant d’axer l'action publique sur la prévention, en identifiant les catégories de personnes les plus à risque de développer des problèmes bucco-dentaires. A ce propos, le Journal du Médecin a également soulevé cette problématique, dans un article paru le 2 septembre 2016, en mettant en évidence ma recommandation. Aussi, je me suis également penchée sur « l’assiette » de nos élèves. En effet, les rapports réguliers de l’OMS sur l’obésité en Europe mettent en garde sur la recrudescence de ce trouble lié à l’alimentation chez les plus jeunes. Me paraissant primordial que les élèves aient une alimentation saine et équilibrée, j’ai émis l’idée, à la Ministre Schyns, de mettre à disposition des établissements scolaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles des diététiciens afin que ceux-ci conseillent les cantines dans l’élaboration des plats des élèves. 

N'hésitez pas à me contacter pour toute question, remarque ou demande. Je suis à votre écoute ! Il me reste à vous souhaiter un excellent réveillon, un bon blocus aux étudiants ainsi que mes meilleurs voeux pour 2017 !

Valérie.